Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ohlàlà. Qu’est-ce qu’elle est vulgaire et trashos, cette Morora. Elle dit des gros mots avant que l’article commence. Ca te choque ? Tant mieux, je suis pas là pour me faire apprécier de Marie-Louise Troschoket et Jean-Philippe Delacademy.

 

 

« Le jeu de rôle, c’est comme la baise ».

Ca, c’est bien un titre putaclic, tu vas me dire. Et pourtant, c’est bien le fond de ma pensée. Pourquoi j'écris ce petit billet maintenant ? Ben, parce qu'encore aujourd'hui, j'ai eu cette conversation pénible. Non pas celle où un joueur vient te raconter sa partie et où tu en as rien à foutre. Celle où on te sort "Jean-Michel Boursadé est vraiment trop fort, jamais j'oserai me lancer dans la maîtrise, moi, ohlàlà, je sais pas faire". Aujourd'hui, j'écris vite fait un petit billet visant à désacraliser la maîtrise et la pratique du jeu de rôle en général en comparant tout ça à la baise, ce qui correspond vraiment à mon appréhension du jeu de rôle. 

 

Le bon MJ, c'est comme le bon coup, ça n'existe pas

 

La phrase la plus relou qu'on entend en conv' ou en asso. "Jean-Louis Boursadé, c'est tellemeeeeent un bon MJ", "C'est LE meilleur MJ de la conv, ohlàlà". A tous ces gens, j'aimerais beaucoup leur dire de fermer leur gueule mais en général, je me contente d'un petit sourire gêné et d'un prétexte pour m'enfuir loin d'eux du genre "Je reviens plus tard, hein, je vais saluer quelqu'un de plus intéressant".  

C'est vraiment d'une connerie, cette histoire de bon MJ. Pourquoi je dis ça ? Pour la simple et bonne raison qu'on cherche pas tous la même chose à une table de jeu de rôle. On a pas tous les mêmes envies, ni les mêmes trucs qui nous font grimper aux rideaux. Celui qui va être un bon MJ à mes yeux ne va pas forcément correspondre à tes désirs ludiques. De la même manière, qu'un de mes partenaires sexuels ne va pas nécessairement correspondre aux désirs lubriques d'une autre.  Tout est une question d'alchimie entre les joueurs, de même qu'entre partenaires sexuels. Ca matche ou ça matche pas.  C'est comme au pieu : le bon MJ, c'est comme le bon coup, ça n'existe pas.

J'aimerais qu'on arrête d'essayer de définir le bon MJ car ça conditionne le joueur à une certaine manière de pratiquer qui ne lui correspond pas nécessairement et qui l'empêche réellement de prendre son pied. Beaucoup de jeunes MJ ressentent une certaine pression à leurs débuts, la crainte d'être mauvais, de ne pas être dans la performance normative attendue parce qu'on lui a dit que "bien maîtriser, c'était ça et pas ça". C'est comme inculquer une certaine manière de baiser. Je pense qu'il faut partir à la découverte de son corps et expérimenter un max avant de trouver son propre style de "jeu" et surtout ne pas se sentir gêné de ne pas être dans une pratique plutôt qu'une autre. 

 

 

Partir à la recherche de son point D

 

Comme pour le sexe, je pense que personne n'a à rougir d'aimer davantage les jeux oldschool type DD et Cthulhu plutôt que des jeux du genre Sens ou Libreté. Comme pour le sexe dit vanille et le sexe kinky, il n'y a pas à hiérarchiser les pratiques qui sont des choses qui te sont personnelles. L'important, c'est que ça te plaise à toi. Pas besoin de partir à la chasse au narrativo-vegan, de même que pas besoin de partir dans un pseudo élitisme de pratique avant-gardiste et expérimentale et mépriser celui qui tripote ses dés sur du Cthulhu. Chacun prend son pied comme il le souhaite. 

Le mieux pour se trouver, c'est encore de tester un max de trucs différents. Tu peux rester sur du plan MJ-régulier ou bien partir à la découverte de MJ-one-shot, un coup d'un soir, en convention histoire de déterminer les pratiques qui te plaisent le plus. T'aimes bien t'accessoiriser ? T'aimes bien les brouettes de dés ? T'aimes bien les pavés ? Yolo, mec, sois pas gêné, ne t'embarrasse pas du regard des autres et fonce. 

 

Communiquer : la base pour atteindre l'orgasme ludique

 

La base pour que tout se passe bien, comme pendant la baise, c'est de communiquer avec son ou ses partenaires. Oui, le jeu de rôle, c'est comme le sexe : en mode solo-branlette, à deux, en threesome rôliste, ou vaste gang-bang, c'est à toi de voir à partir de combien de joueurs ça te convient. Perso, je sais que j'aime pas les parties au-delà de 5 joueurs, ça me saoûle, je trouve qu'on perd en rythme en général et je m'ennuie vite. 

Ton ou tes partenaires peuvent pas le deviner si t'aimes pas l'irruption de la violence, du sexe, ou autre dans les scénarios et il en va de même pour les choses que tu kiffes. Alors, tu acquiers une certaines expérience, une connaissance de tes partenaires quand tu es en mode plan MJ-régulier mais en cas de one-shot, c'est plus délicat de trouver où titiller du premier coup, et où ne surtout pas aller. Les premières fois, c'est souvent un peu maladroit. 

Le contrat social à ce titre me semble primordial, de même qu'éventuellement un système (safe-word ou carte X ) pour permettre de signaler lorsqu'il se passe quelque chose qui te gêne. Cette pratique évoque naturellement celles du BDSM, de même que l'aftercare que pratiquent certains joueurs en cas de jeux très éprouvants émotionnellement. 

 

Bon, les loulous, c'est tout ce que j'avais à dire, cet article n'a pas non plus vocation à être long comme une teub, juste comparer pratiques lubriques et ludiques dans le but de rendre plus naturel et moins stressant le passage de l'autre côté de l'Ecran -ou même une partie de manière générale. On se retrouve bientôt sur un autre article plus long et consistant ! 

 

Des bisous, à bientôt !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :